#StartupLions : Comment Safe Delivery App réduit la mortalité maternelle dans l’Ethiopie rural

Reportage terrain de Samir Abdelkrim, dans la région du Ouest Welega (Ethiopie). Ce passage est un extrait du livre Startup Lions qui vient de sortir et qui est actuellement disponible sur Amazon

La bruyante Addis-Abeba n’est plus qu’un lointain souvenir. Nous avons roulé une journée entière pour rejoindre Gimbi, une petite ville de 31.000 habitants perchée sur les hauteurs surprenantes et escarpées de la région d’Oromia, au coeur du pays profond éthiopien. Il s’agit de notre avant-dernière halte avant de rencontrer Feyisa Daro le lendemain, le chef de projet local de Safe Delivery App, une application mobile en e-santé en cours d’expérimentation pour éduquer les sages-femmes éthiopiennes à mieux prévenir les complications liées à la grossesse et à réduire les risques de mortalité en couche à travers des vidéos éducatives et des conseils.

L’Ethiopie compte 100 millions d’habitants, ce qui en fait le deuxième pays le plus peuplé d’Afrique devant le Nigeria. Mais c’est dans cet immense arrière-pays rural, enclavé et sous-équipé, que se concentre l’immense majorité de la population et que les infrastructures sanitaires sont les moins développées. L’espérance de vie n’y dépasse pas 57 ans et à la naissance, on dénombre en moyenne 59 décès de nourrissons pour 1.000 naissances selon l’OMC, l’un des taux les plus élevés en Afrique souvent par manque de formation du personnel soignant.

Pour ne rien arranger à l’enclavement géographique déjà profond, la région d’Oromia est également de plus en plus isolée du fait de son opposition ouverte contre le pouvoir central. Si la route principale qui traverse Gimbi – un don de la Chine au gouvernement éthiopien – est en bon état, autour de nous les services essentiels sont inexistants et la précieuse électricité est toujours balbutiante, ce qui constitue un frein important à l’activité économique. Guidé par Feyisa Daro, nous quittons Gimbi pour atteindre un petit village poussiéreux et écrasé par la chaleur où se situe l’unique centre de santé maternel dans un rayon de 35 kilomètres, le Yubdo Health Center. Ici, même à l’ombre, le soleil cogne comme un sourd sur tout ce bouge. Une rapide visite dans les locaux suffit à faire prendre conscience de l’abandon qui frappe les centres médicaux dans les zones rurales difficiles d’accès. L’eau courante n’est pas disponible en permanence et la maigre réserve de savons antiseptiques, au bord de la rupture, n’a pas été réapprovisionné depuis de longs mois.

Seules ou accompagnées, les femmes enceintes de quelques mois traversent les champs à pied depuis les villages alentours pour ne pas manquer les rendez-vous prénataux. Quand aux mères arrivées au terme de leur grossesse, elles sont amenées pour accoucher de jour comme de nuit par la vieille ambulance blanche du centre. Parfois une dizaine d’accouchements sont réalisées dans la même journée. Mais malgré sa grande vétusté, le centre de Yubdo se distingue par la baisse constante de ses taux de mortalité maternelle et infantile depuis que les sages-femmes apprennent à parer aux situations d’urgence grâce à Safe Delivery App. Feyisa Daro est d’ailleurs en train de faire un point avec l’un d’eux, Workina, qui a passé la nuit à aider une jeune maman à accoucher d’un petit garçon en très bonne santé. Comme l’ensemble des sages-femmes du centre de santé, Workina a appris à pratiquer les différents protocoles d’accouchement en visualisant pendant des centaines d’heures les vidéos de l’application Safe Delivery App.

Financée par une fondation danoise, la Maternity Foundation, l’application mobile Safe Delivery App apporte aux sages-femmes des conseils, de l’information médicale ainsi que animations d’une durée moyenne de 6 minutes, en langue locales oromo et amharique. Régulièrement mises à jour, ces vidéos permettent aux sages-femmes de perfectionner leurs compétences obstétriques par l’apprentissage de nouveaux protocoles comme par exemple le BEmONC (Basic Emergency Obstetric and Newborn Care). “Je fais usage de l’application tous les jours, par exemple lorsque je suis en pause car cela me laisse le temps de regarder les nouvelles vidéos” explique Workina, smartphone à la main. Il ajoute : “j’utilise également Safe Delivery App lorsque je fais face à une situation compliquée et que j’ai besoin de savoir exactement quel protocole je dois suivre. Par exemple en cas une d’hémorragie utérine”. Plusieurs vidéos sont également consacrées à la prévention des infections materno-foetales pouvant contaminer le nouveau-né : Escherichia Coli, Listeria, Streptocoque A, etc..

Une fois téléchargées sur le mobile, les vidéos sont disponibles “offline”, c’est à dire qu’elles sont visualisables même sans connection, ce qui se révèle pratique au regard des importantes restrictions qui frappe constamment l’internet éthiopien. Les smartphones et la connection internet sont fournis gratuitement par l’équipe de Safe Delivery App dirigée par Feyisa Daro et chaque sage-femme bénéficie d’une journée entière de formation pour bien comprendre les fonctionnalités des appareils. “L’avantage du smartphone,  c’est qu’en l’absence d’internet, les sages-femmes continuent de se former en s’envoyant toutes les vidéos directement et gratuitement via Bluetooth. Cette fonctionnalité n’existe pas sur les petits téléphones entrée de gamme” m’explique Feyisa Daro. En plus de s’auto-former, Feyisa Daro a remarqué que les sages-femmes utilisent spontanément l’application pour former les nouvelles recrues mais aussi pour mener des campagnes de sensibilisation dans les villages grâce aux vidéos animées qui aident les femmes enceintes “à comprendre ce qui se passe dans leur ventre”.

Reconnue et certifiée au niveau national par le Ministère de la Santé et la fédération éthiopienne des sages-femmes, Safe Delivery App a permis de sauver de très nombreuses vies depuis son lancement en 2012. Une étude publiée en 2016 par l’American Medical Association a par exemple établi que les sages-femmes éthiopiennes qui s’entraînent chaque jour sur l’application ont beaucoup plus de chances de réanimer les nouveau-nés en salle de naissance. La même étude, qui concerne 176 sages-femmes réparties dans 5 centres de soins ruraux en Ethiopie comme celui de Yubdo, a démontré que le taux de mortalité infantile est passé de 23 décès pour 1.000 naissances à 14 décès pour 1.000 naissances depuis l’introduction de l’application mobile dans les zones tests.

Découvrez d’autres innovations dans Startup Lions, le livre ! Actuellement en vente sur Amazon ! 

 

 

About Samir Abdelkrim

Entrepreneur, consultant en innovation et blogueur terrain, Samir Abdelkrim est également le fondateur de StartupBRICS.com, le premier média francophone spécialisé sur l’innovation dans les pays émergents. Samir Abdelkrim passe 8 mois par an à explorer les écosystèmes entrepreneuriaux en Afrique (dont il a déjà parcouru 20 pays), pour rencontrer les meilleures startups du continent. Il connecte les entrepreneurs les plus prometteurs avec des investisseurs et des grands groupes, ou bien leur faire gagner de la visibilité dans les grands titres nationaux comme le Huffington Post, Les Echos ou Le Monde où il est chroniqueur Tech spécialisé sur les startups africaines. Du Sénégal au Botswana en passant par la Tunisie, la Côte d’Ivoire, Madagascar ou le Kenya, Samir Abdelkrim a déjà rencontré une centaine de startups dans le cadre de son projet #TECHAfrique, une expérience terrain et une aventure humaine à la rencontre de ceux qui font battre le pouls de l’Afrique 2.0, expérience dont il tirera un livre en préparation, Startup Lions.