#Egypt Tech Series 1 : A la rencontre de Falak Startups, l’accélérateur de licornes égyptiennes

Le succès d’un écosystème Tech repose sur une combinaison d’éléments conjoncturels et structurels sans lesquels le passage à l’échelle ne peut avoir lieu. Parmi ces éléments clés, on pense bien sûr à un pool de talents qualifié, à la haute qualité de l’enseignement supérieur, mais aussi à la présence d’infrastructures solides et fiables, et à une volonté politique de soutenir l’entrepreneuriat. Et si cela pourrait paraître suffisant, il manque à l’équation un acteur essentiel : les accélérateurs. Chargés de repérer et accompagner les entrepreneurs, ils sont l’une des clés de voûte de l’écosystème. Leur expertise et leur connaissance parfaite d’un écosystème qui ne cesse d’évoluer, permettent aux entrepreneurs d’y prospérer. Et s’il existe un pays où les accélérateurs jouent un rôle fondamental dans la structuration d’un écosystème à fort potentiel, c’est bien l’Égypte. Falak Startups est l’un d’entre eux et figure comme pionnier en la matière. Créé à l’initiative du gouvernement en 2018, il entend développer l’esprit entrepreneurial des jeunes égyptiens et former les prochaines licornes du Continent !

Rencontre sur le terrain avec Karima El Hakim Head of Business Development chez Falak Startups. Une interview réalisée depuis le Caire par Samir Abdelkrim, fondateur de StartupBRICS et auteur de “Startup Lions”.

SB : Hello Karima ! Peux-tu te présenter en quelques phrases ?

Je m’appelle Karima El Hakim et je suis Head of Business Development and Investor relations chez Falak Startups. Je suis en charge de tout ce qui est commercial, marketing, RP, des relations d’investisseurs ainsi que de la levée de fonds sur le fonds même de Falak et non pas directement avec les startups. Avant ça, j’ai travaillé pour des grandes entreprises et cela ne fait que deux ans que je travaille avec des startups égyptiennes. Je dois admettre que c’est une expérience qui m’a beaucoup ouvert l’esprit et m’a donné une confiance très ferme dans le futur de mon pays, surtout dans un pays où la plupart des citoyens sont des jeunes : 50% de la population égyptienne à moins de 35 ans.

Parle nous un peu de la structure Falak Startups : comment tout cela a démarré concrètement ?

Falak startups a commencé en 2018 à l’initiative du gouvernement égyptien, avec le soutien financier du ministère de la Coopération internationale qui a institué un fond qui s’appelle Egypt Ventures, un VC Funds qui est associé à Falak Startups. Le but de cette initiative est de fédérer la jeunesse entrepreneuriale égyptienne autours de ce projet grâce à une aide financière assez importante : le ticket d’investissement est le plus élevé jamais délivré en Egypte. On peut investir jusqu’à 1 million de livres égyptiennes, une somme assez importante pour une startup en A-listing.

Nous avons commencé à travailler avec des cohortes de 30 startups. Mais nous avons trouvé que ce modèle n’était pas très efficace. Nous sommes désormais plus sélectifs et nous avons des cohortes d’entre 13 et 15 startups maximum. Nous avons un accélérateur-soeur, une sister-company qui travaille en fintech, qui est un joint-venture entre EFG-Hermes, une très grande banque d’investissement au Moyen-Orient, et Egypt Ventures, le fond d’investisseur de Falak-Startups. Cet accélérateur travaille main dans la main avec Falak mais il s’intéresse surtout aux secteurs de la fintech et de l’insurtech.

C’est notre team qui fait notre vraie différence car nous faisons un accompagnement 360 degrés grâce à une équipe d’experts aux profils variés. Nous ne sommes pas seulement dans le mentoring mais aussi dans l’application. Nous faisons le go hacking en direct avec l’équipe de Falak. Notre programme dure entre 4 et 6 mois avec du mentoring, des Masterclass et beaucoup de workshops individuels avec l’équipe de Falak qui est très qualifiée dans de nombreuses disciplines. Par exemple l’équipe d’investissement travaille sur le business model, elle va faire le Financial modelling de toutes les startups et va aussi travailler directement avec la startup pour la levée de fonds. Ils font aussi du deep dive dans tout ce qui est business. Notre équipe commerciale les aide à faire des pitch decks, à parler à des investisseurs, à faire des public speeches, à affiner leur stratégie commerciale et leur communication. C’est vraiment un programme global et nous avons aujourd’hui environ 60 à 65 entreprises dans notre portefeuille. Nous pouvons déjà en nommer une dizaine bientôt capable lever leur fonds en série A.

En quoi êtes vous différents des autres modèles d’accélération que l’on peut trouver ailleurs sur le continent ?

Ce qui nous différencie dans la région, c’est que nous prenons beaucoup d’initiatives avec le secteur privé. Nous faisons des partenariats sur des verticales différentes, par exemple la verticale de la santé où nous sommes partenaires avec des très grandes entreprises comme Novartis qui donnent du support, non pas financier, mais un support d’accès au marché à nos startups. Nous avons déjà fait 3 partenariats très rentables pour les trois startups que nous avons en health-tech avec deux grandes compagnies. Elles ont eu accès à leurs clients, à leur special patient program.

Il faut aussi noter que nous représentons un fond public. Nous n’avons pas comme but de sortir de nos investissements avec le plus grand nombre d’argent mais vraiment d’accompagner ces startups jusqu’à la fin, de trouver de l’impact dans la génération de revenues, dans la génération d’emploi, en particulier chez les jeunes très qualifiés mais très frustrés de ne pas trouver d’emplois à leur niveau. Il s’agit finalement de redonner confiance à la jeunesse pour reprendre la main après la crise économique et politique qu’a connu le pays depuis 2011.

Est-ce que vous avez des indicateurs précis que vous suivez trimestre après trimestre qui vous permet d’évaluer l’impact ?

Le plus évident est bien sur la création d’emploi. Nous avons incubé des startups qui parfois emploient entre 30 et 60 personnes. Nous avons créé plus de 100 emplois en deux ans chez des entreprises de taille modeste.  Nous mesurons également le nombre de levées de fonds, leur augmentation de capital. Nous transmettons également ces indicateurs à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement car ils nous supportent comme partenaire du programme.

Selon toi, quelles sont vraiment les spécificités, les traits saillants de l’écosystème égyptien ?

Je verrais plutôt une explosion à partir de 2015. Entre 2011 et 2013 la situation était vraiment très précaire après la révolution égyptienne mais ensuite nous avons pu assister à l’arrivée d’investisseurs internationaux et régionaux, notamment de la région du Golfe, grâce au retour de la stabilité politique.  

En Egypte, le consommateur, l’end user, n’est pas le même qu’en France. En France on va vendre une solution à des consommateur sophistiqués, qui ont de l’argent mais qui ne sont pas nombreux et qui sont très difficile à convaincre. En Egypte, c’est le contraire, le end user est un peu moins sophistiqué, il n‘a pas nécessairement la 3G ou la 4G, un Android ou un iPhone mais il va beaucoup plus facilement adopter la technologie et ils sont beaucoup plus nombreux. Par exemple les Égyptiens qui ont un téléphone mobile avec deux ou trois cartes SIM peuvent être ciblés par des technologies qui les aident à optimiser leur usage téléphonique. On peut piloter beaucoup de choses en direction des consommateurs. Je trouve beaucoup de similitudes avec le marché africain, en particulier avec des pays qui ont des démographies très dynamiques comme le Nigéria. C’est cependant un peu moins le cas avec le Maghreb car c’est une communauté plus fermée, plus ouverte aux pays francophones alors qu’en Égypte on parle beaucoup moins français et on est plus ouvert au pays du Golfe et au Moyen-Orient en général. 


Est-ce que le mobile banking est plus développé en Egypte qu’en Afrique du Nord en général ? 

Pour l’instant ce n’est pas le cas car la Banque centrale reste assez stricte. Mais elle a des plans pour ouvrir ce marché et elle va le faire très rapidement. Je ne serais pas surpris si l’année 2021 coïncide avec une explosion du marché de la fintech égyptienne. Nous pensons que le gouvernement va prioriser l’inclusion fiscale et financière de toute la population. Cela va passer par la tech et non par le système bureaucratique traditionnel des banques car nous parlons de 100 millions de personnes dont une immense majorité n’a pas de compte en banque. Ils préfèrent jusqu’à présent utiliser l’e-wallet Vodafone Cash ou le service de transfert d’argent et de paiement mobile Orange Money. Nous avons donc des wallets mobiles mais ce ne sont que des closed loop. On attend vraiment que la Banque centrale ouvre cet espace.

Quelle est la place des femmes et des entrepreneuses dans l’écosystème tech égyptien ?

Les femmes sont de plus en plus nombreuses mais je ne dirais pas qu’il y a une croissance exponentielle. C’est un phénomène global, et pas seulement égyptien, de trouver moins de femmes en tech car les femmes choisissent des carrières beaucoup plus sociales. On trouve malgré tout de plus en plus de femmes entrepreneuses mais pas forcément dans la tech. Le poste d’ingénieur reste encore beaucoup plus attractif pour les hommes car cela reste une façon de plaire à sa famille. Les femmes vont être entrepreneuses mais pas vraiment en tech. Elles ne sont pas assez nombreuses pour qu’on puisse dire que ça monte. 

On trouve cependant beaucoup de femmes en finance car les égyptiennes aiment investir.  On commence à voir beaucoup plus de femmes dans les VC comme partner ou senior associates. Par exemple notre équipe est à 70 % féminines et nous travaillons surtout dans l’investissement. Donc, on trouve des femmes à des positions de pouvoir dans le secteur de l’investissement des startups mais pas forcément en tech entrepreneur.

Quels sont les secteurs où la tech peut accélérer la transformation de l’économie egyptienne ?

Il y a des besoins dans quasiment tous les secteurs et c’est le cas en particulier dans la Fintech, l’EduTech, l’Agritech, parce que l’Égypte est un pays qui repose beaucoup sur son agriculture, et il y a également des possibilités dans le tourisme bien entendu.

Cependant nous avons un problème de Deep Tech car nous nous concentrons trop majoritairement sur des techs d’application et commerciales. Nous avons besoin de plus d’investissements dans la R&D et la Deep Tech. Beaucoup de moyens sont investis dans la partie commerciale mais nous avons tendance à oublier que pour disrupter un marché il faut de la deeptech qui malheureusement n’est pas suffisamment présente en Egypte. Par exemple, dans le secteur de la mobilité nous avons commencé à faire nos propres scooters en libre-service similaires à ceux que l’on voit dans les rues de Paris, on appelle ça Rabbit, mais les machines sont faites en Chine. Seul l’application est égyptienne. Il nous faut donc plus investir dans la recherche et la deeptech !

Le rapport Partech Africa de 2020 a montré que l’Egypte est le 4ème pays africain où les startups lèvent le plus de fonds. Comment expliquer cela ?

Je pense que tu as déjà la réponse dans ta question mais je voudrais rajouter comme raison l’accès aux talents égyptiens, qui sont jeunes, bon marché mais aussi très qualifiés. Comme je l’ai déjà dit nous sommes 100 millions d’Egyptiens dont plus de 50 % ont moins de 35 ans, donc majoritairement des très jeunes actifs qui forment une main d’œuvre pas très cher, moins que des seniors, et dont beaucoup sont très qualifiés, surtout en ingénierie ou en informatique. Mais ils n’ont souvent pas les moyens pour monter leur propre boîte sans l’aide des investisseurs. Comme tu l’as dit, c’est un pays anglophone et ses 100 million de personnes forment un marché énorme. Sa position centrale peut aussi donner accès à la fois aux pays africains et au Moyen-Orient. L’aspect marketing compte aussi car l’Egypte est un pays très ancien, une vieille civilisation, ce qui augmente son prestige à l’étranger.

Quelles sont les principales universités qui forment les talents tech égyptiens d’aujourd’hui ? Et est-ce qu’ils arrivent à trouver du travail après leurs études ?

L’université américaine du Caire, très connu, n’englobe pas vraiment l’ensemble des talent tech égyptiens. L’université du Caire est très importante car il y a au moins 300.000 à 400.000 étudiants par an. Elle est très concentrée sur la médecine, l’ingénierie ou l’informatique. C’est l’une des plus grandes universités publique au Moyen Orient en termes de nombre d’étudiants. 

Les étudiants trouvent de plus en plus de travail car il y a de plus en plus de startups qui sont créés chaque jour en Egypte. Bien sûr, on crée souvent des startups car on n’a justement pas réussi à trouver du travail dans une administration par exemple. De même, de nombreux Egyptiens continuent de partir mais cela devient de plus en plus difficile d’immigrer et de trouver du travail ailleurs même dans les pays du Golfe à cause du COVID-19. Beaucoup d’entrepreneurs égyptiens qui ont étudié à l’étranger reviennent en Egypte car ils veulent entreprendre et appliquer chez eux ce qu’ils ont appris dans leur pays natal. 

Quelle a été l’impact du covid sur l’écosystème tech égyptien et quelle a été votre réponse à cette crise ? En temps qu’incubateur, qu’est-ce que vous avez mis en place pour continuer à soutenir l’écosystème et les startups dans cette période difficile ?

L’écosystème a bien sûr été impacté négativement mais pas autant qu’en Occident. Le fait d’avoir une population très jeune a diminué l’impact de la pandémie sur notre société. Nous n’avons pas subi de confinement total et donc nous n’avons pas arrêter la machine, ce qui a peut-être sauvé l’écosystème. 

Cela a même eu des effets positifs car cela a par exemple boosté le processus de digitalisation de l’économie égyptienne. Vezeeta, une grande startup pour ne pas dire scale-up égyptienne qui a levé 62 millions de dollars, cherchait depuis 3 ans à faire un deal avec le gouvernement et c’est “grâce” au Covid que ce contrat a pu se faire finalement beaucoup plus rapidement. 

La fintech va également profiter de la situation car il faut désormais éviter de toucher le cash pour éviter de propager le virus. Les fonds d’investissement et les accélérateurs vont faire des initiatives de financement spéciaux pour les startups. 

Falak Startups a lancé un appel à canddiatures pour un investissement d’un 1 million de livres égyptiennes par startup. Nous avons investi dans 2 startups qui peuvent aider à améliorer la situation actuelle avec des solutions HealthTech, EduTech et Fintech. Nous avons préféré nous concentrer sur ces 3 secteurs et nous avons pu investir dans ces boites pendant le Covid, cette décision a été très bien reçu car nous avons reçu de nombreuses applications, le déploiement de l’investissement s’est fait très rapidement. Nous avons donc transformé le challenge du Covid en opportunité !

About Samir Abdelkrim

Entrepreneur et consultant, Samir Abdelkrim est l’expert francophone de l’innovation africaine. Samir Abdelkrim est le Fondateur d'EMERGING Valley, le sommet international sur l'innovation africaine et les technologies émergentes qu'il a créé à Marseille et à thecamp après une longue exploration des écosystèmes startups africains durant 3 années. Entre 2014 et 2018, Samir Abdelkrim a sillonné l’Afrique de l'innovation et analysé les écosystèmes numériques de 25 pays africains. Une expérience terrain dont il a tiré un livre, Startup Lions, préfacé par Xavier Niel et Tidjane Deme. Samir Abdelkrim est également chroniqueur sur la tech africaine dans les grands titres nationaux comme Les Echos ou Le Monde où il est spécialisé sur les startups africaines. Il est également le fondateur de StartupBRICS.