Jorn-Lyseggen-MEST-Ghana-Meltwater

Jorn Lyseggen : le succès de l’incubateur MEST Ghana doit inspirer toute l’Afrique

« Dans l’univers de l’entrepreneuriat, les barrières à l’entrée sont en train de tomber grâce au numérique, partout dans le monde » m’explique d’une voix posée le CEO de la multinationale Meltwater, Jorn Lyseggen. L’homme qui érigea à Accra la Meltwater Entrepreneurial School of Technology (ou MEST), cet incubateur technologique ghanéen à succès. « Aujourd’hui, la Silicon Valley n’a plus le monopole des talents. Tout le monde peut devenir entrepreneur et réussir, grâce à internet. Avec MEST, nous formons et entraînons des centaines d’étudiants ghanéens à devenir des petits génies du code informatique et l’Afrique illustre parfaitement cette nouvelle ère ! ». Ce qui fera la différence poursuit Jorn, c’est l’état d’esprit et l’entraînement, qui doit être constant. « Entreprendre est un challenge de tous les jours, surtout en Afrique où les difficultés ne manquent pas » sourit Jorn, dont l’incubateur aura vu émerger, depuis 2008, plusieurs dizaines de startups africaines qui aujourd’hui rayonnent sur tout le continent et même aux Etats Unis. « Comme partout ailleurs, l’entrepreneuriat technologique en Afrique est difficile, très difficile. Mais ceux qui réussissent deviennent ensuite des exemples, et leur impact sur la société est considérable. C’est notre job au Ghana avec MEST : former les entrepreneurs, les pousser vers la réussite et en faire des exemples, des références pour les plus jeunes. » Pour en savoir plus, nous sommes partis à la rencontre de Jorn Lyseggen, qui nous livre ici les ingrédients du succès de son incubateur MEST. Et qui dévoile en exclusivité à Le Monde Afrique la stratégie d’expansion de son incubateur sur l’ensemble du continent africain durant les prochains mois.  

Pourquoi avez-vous décidé de créer l’incubateur MEST à Accra, au Ghana ?

Jorn Lyseggen : Généralement lorsque l’on parle de l’Afrique, c’est pour insister sur ses difficultés, sans suffisamment parler de son potentiel. Nous avons choisi de démarrer cet incubateur au Ghana en 2008, d’abord parce que nous voulions que notre impact en Afrique soit immédiat, par la formation.

À Accra, nous avons décidé de lancer un programme sur deux années pour créer des entrepreneurs numériques de talent. Nous les entraînons au fil des trimestres à maîtriser les différents langages de programmation informatique, à établir des business plans, à créer des services monétisables sur Internet, à générer des revenus, à pitcher… Et ensuite à la fin des deux années, se tient un examen, avec les pitchs finaux devant le jury. Les étudiants doivent impérativement démontrer et mettre en pratique ce qu’ils ont appris en convainquant chaque membre du jury, principalement des « business angels » et des entrepreneurs de la Silicon Valley. S’ils réussissent à démontrer que leur business est viable et donc à convaincre le jury, ils reçoivent un investissement qui peut aller jusqu’à 200 000 dollars US. Nos étudiants sont formés par des entrepreneurs et des experts dans leurs domaines, qui savent comment créer des logiciels, comment commercialiser des produits, etc.

Pour en savoir plus, lire l’interview de Jorn Lyseggen dans son intégralité sur le site de notre partenaire Le Monde.


 

 

About StartupBRICS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *