Schermafbeelding-2015-06-09-om-11.32.45

#Chine : En 2025, l’industrie 4.0 ou la nouvelle révolution industrielle chinoise


Avec le récent boom des technologies de l’information et de la communication, l’industrie 4.0 pourrait complètement changer la productivité des entreprises dans le monde. Les récents projets de la Chine et sa collaboration avec l’Allemagne confirment son objectif de surfer sur l’industrie 4.0 pour maintenir son statut de première puissance économique mondiale.

Par Laurence Lam, Experte Agence Daxue Consulting, Chine (Edité par Nouha Hajji)

L’industrie 4.0 : L’ère des technologies de l’Information

Après trois révolutions industrielles, avec l’émergence des machines à vapeur (industrie 1.0), l’électricité (industrie 2.0) et les technologies informatiques (industrie 3.0), le monde est aujourd’hui témoin de sa quatrième révolution industrielle : l’industrie 4.0 avec l’avènement des technologies de l’information.

Le terme a été inventé par le gouvernement allemand dans sa numérisation du secteur manufacturier. En intégrant les technologies de l’information et de la communication dans les infrastructures de production, les machines et les appareils sont en mesure d’exécuter et d’optimiser les processus et les tâches de façon quasi autonome. La production de masse de bien personnalisé ne sera plus aussi coûteuse pour les entreprises provenant de l’industrie 4.0. Dans cette industrie, tous les produits dans la chaîne de montage n’ont plus à être identique ou à suivre une formule établie pour atteindre une production rentable. L’utilisation des technologies de l’information permet un degré de personnalisation obtenu par la capacité des machines et des appareils à optimiser et à prendre des décisions.

En outre, avec l’efficacité, la productivité et la qualité de cette technologie, moins d’erreurs seront commises permettant une plus grande précision dans le processus de fabrication. En effet, les économistes estiment que la production dans cette industrie peut augmenter jusqu’à 30 %, tandis que les pertes de production imprévues pourraient diminuer de 60 %. Même pour l’Allemagne qui est le leader dans l’ère de la numérisation, l’industrie 4.0 n’est pas encore arrivée à maturité, mais il va sans dire que l’industrie 4.0 est l’avenir du secteur manufacturier.

Made-in-China-2025

La Chine s’attaque à l’industrie 4.0

Selon une récente étude de marché en Chine, un tiers du total des compagnies chinoises n’ont pas encore modifié leurs industries et seulement 10 % des entreprises chinoises ont développé des réseaux en temps réel dans l’infrastructure. L’économie chinoise actuelle est loin derrière en matière de fabrication numérique comparée à l’Allemagne. Le secteur manufacturier chinois est en pleine transition et passe de l’industrie 2.0 à l’industrie 3.0 avec un certain nombre d’entreprises qui se sont récemment automatisés mais ceux qui se sont numérisé sont encore rares. Sany, le plus grand fabricant de machines en Chine, est l’un des rare et premier en Chine à avoir atteint l’industrie 4.0. L’entreprise a entièrement intégré les technologies de l’information dans son infrastructure de fabrication pour propulser la connectivité en temps réel ainsi que la capacité de ses usines. Malheureusement, Sany est l’un des rares succès en Chine.

La Chine est intéressante pour le reste du monde, pour sa chaîne d’approvisionnement robuste et son faible coût de fabrication. Toutefois, 200 millions de sa population ont aujourd’hui plus de 60 ans et la Chine connaît une augmentation rapide des salaires. Le gouvernement chinois a reconnu la fabrication intelligente comme étant le différenciateur entre une économie gagnante ou perdante. Par conséquent, pour tenter de maintenir sa position de leader économique, le gouvernement chinois a lancé un programme sponsorisé sur dix ans en 2015 appelé « Made in China 2025 », représentant la propre version de la Chine de l’industrie 4.0. Par conséquent, la même année, le vice-chancelier Sigmar Gabriel, ministre allemand de l’économie et de l’énergie ainsi que Wei Miao, ministre de l’industrie et de l’informatique chinois, ont signé un accord pour projeter la Chine vers l’industrie 4.0. Ceci marque pour la Chine, le départ de son économie en plein essor vers la numérisation.

MIT-IMG-Made-in-China

Impact de l’industrie 4.0 sur la Chine

La Chine a toujours aspiré à être une super puissance mondiale industrielle. L’industrie 4.0 peut être l’occasion d’atteindre cet objectif. Cependant, une nouvelle structure économique sera nécessaire pour aider la Chine à se tourner vers l’industrie 4.0. Par conséquent, le ministère chinois de l’industrie et de l’informatique encourage fortement l’industrialisation et l’information intégrées nommées aussi les« 3i ». Le gouvernement chinois possède des projets sur du long terme qui aideront à faciliter le développement de l’économie du pays. Ces projets et investissements massifs devraient être soutenus par le gouvernement partout dans le pays afin d’accélérer le développement de l’industrie 4.0. En effet, la Chine a lancé le programme de parrainage sur dix ans appelé « Made in China 2025 », sa propre version de l’industrie 4.0. Par ailleurs, le ministère de l’industrie et de l’information a lancé 94 projets de fabrication intelligente pour propulser la Chine.

FOREIGN201505220833000318068193946

Parallèlement, la collaboration entre l’Allemagne et la Chine est censée intensifier les efforts de la Chine dans son adaptation vers l’industrie 4.0. En effet, six villes industrielles sino-allemandes sont actuellement établies à Foshan, dans le Guangdong, pour expérimenter l’intégration de l’industrie 4.0 dans les entreprises chinoises. De plus, la Chine permet à l’Allemagne des opportunités de vente en termes de matériel technologique et de machine nécessaires pour atteindre l’industrie 4.0.

Puisque l’industrie 4.0 est en phase d’accroître de manière significative l’efficacité et la productivité, cela pourrait être un indicateur clé pour l’industrie manufacturière. En effet, la Chine le reconnaît déjà comme un facteur important dans le maintien de sa position dans l’économie mondiale et par conséquent a lancé plusieurs projets pour développer l’industrie 4.0 dans son pays.

About Nouha Hajji

Nouha croit particulièrement au potentiel humain à créer un réel impact. La création de startups en est un volet essentiel, c’est alors ce qui l’a poussé à s’intéresser de plus prêt à l’entreprenariat et l'innovation. Actuellement au Maroc, elle jongle entre ses études en dernière année à Al Akhawayn University en commerce international, et givees, son projet social qui lui tient à coeur. Nouha a travaillé et a étudié à l’international notamment à l’ESSEC et à McGill University ce qui l’a poussé à s’intéresser une fois de retour au Maroc à ses racines Africaines. Depuis, elle est fascinée par ce continent et a réalisé de nombreuses études dans le secteur public et privé sur son fort potentiel d’innovation. C’est ce qu’elle tentera de déceler aussi pour StartupBRICS en mettant toujours en avant les meilleurs startups Africaines et l’actu tech de ce continent en pleine croissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *