#FrenchTech : S’imposer sur le marché de l’emploi en #Chine, le pari de MyCVfactory

Même si la Chine affiche 4% de taux de chômage (2014, avec plus d’ 1,3 milliards de personnes en Chine), se différencier sur son CV reste essentiel, ce qui ne correspond pas exactement aux compétences habituelles des jeunes chinois. C’est ce qu’a compris Pauline Lahary, entrepreneuse française à Pékin, en créant sa structure Mycvfactory.

Le concept de Mycvfactory est de proposer des CV designs et originaux avec la promesse de se démarquer, et de générer des entretiens. Des centaines de modèles de CV sont mis à disposition sur un site e-commerce.

Pauline-Lahary-Mycvfactory

Le potentiel du CV design, encore peu exploité en Chine

Les CV chinois divergent de nos CV français dans le sens où ils insèrent des informations plutôt saugrenues : l’appartenance politique, la taille, le poids, une photo prise sur le vif, parfois allant jusqu’à une dizaine de pages.

Mais pour chaque entreprise, c’est le même discours : « Nous recevons des centaines de CV par jour, et chaque fois, c’est illisible… » nous confie Matt Congers, fondateur d’une entreprise de placement d’interprètes chinois.

Le lancement de Mycvfactory en Chine a répondu à des challenges spécifiques : repenser son offre & business model, présenter des modèles de CV qui soient au goût des chinois, leur proposer un service clientèle 100% sur mesure.

« Les chinois ont besoin d’être accompagnés dans l’achat de leur CV ; ils ne savent pas forcément ce qui est adéquat pour leur parcours, et ont besoin d’une personne 100% disponible sur le chat du site internet comme sur Taobao lors de l’achat d’un vêtement » témoigne Pauline, fondatrice du concept.

Les chinois sont de plus en plus conscients que travailler leur CV est une étape cruciale dans le process de recrutement et ont 1000 questions à la seconde. Ils sont extrêmement patients et à l’écoute de leurs conseillers.

shanghai-skyline-innovation-startup-china-tech-innovation-asia

Une stratégie digitale locale pour Mycvfactory

Le site internet est encore à l’état d’ébauche, et ne verra le jour que l’année prochaine.

« Nous y allons étape par étape, afin de ne pas faire d’erreur de stratégie marketing. Pour nous, le point crucial est bien travailler le business model, qui se doit d’être vraiment adapté à la demande. Donc pour le moment, nous procédons à des sondages sur des solides échantillons de personnes, afin de comprendre la demande. »

Pour leur stratégie digitale, la stratégie se veut adapter aux spécifités du marché chinois : un site internet pensé localement avec un système de paiement local (Alipay, Wechat). Un chat et plusieurs agents formés et disponibles 24h/24h pour répondre à leurs questions. Il semble que même le chat sera pensé dans le détail puisqu’il proposera le partage d’écran du client afin de voir le CV du visiteur en direct, façon chat-live-vidéo. De même, une présence massive sur les réseaux sociaux est prévue.

Une stratégie de partenariats est également en cours de solidification avec les instituts publics comme privés qui envoient les jeunes chinois en étude à l’étranger.

ClqkqzZdjcIvUDO3fxYm2Smh1Nubn4m1R04g87FxT_A

About Thibaud André

Jeune diplômé d’un master en recherche marketing, Thibauld André est aujourd'hui expert business Chine, au sein du Cabinet Daxue Consulting (http://daxueconsulting.com/consulting-china/) , et contributeur à StartupBRICS. Après plusieurs séjours en Chine, pays dont il apprécie les traditions et le mode de vie, il a décidé de s’y installer pour son premier emploi. L’occasion de s’intéresser de plus près au développement économique de ce pays et à l’évolution des modes de consommation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *