Jueves_17_3_2016@@15 G (1)

#Latam : A Medellin, les startups des 5 continents se sont affrontées sur le ring de l’innovation

2e98453Du 14 au 17 Mars, Medellin en Colombie fut la ville hôte de la grande messe de l’entrepreneuriat: le « Global Entreprenership Congress » réunissant 6.000 entrepreneurs de 160 pays. Lors de ce congrès, Get in the Ring fut la compétition entrepreneuriale a ne pas manquer. Six startups se sont affrontés dans le ring devant un jury de 5 experts et une audience de 800 personnes dans une ambiance électrique. Il ne peut y avoir qu’un seul vainqueur pour chaque catégorie de poids basé sur la valorisation des startups (poids plume : 0-1 million de dollars, poids moyen : 1-10 millions de dollars et poids lourds : 10+ millions de dollars). StartupBRICS était présent à cette compétition, qui est devenu un des évènements phares du monde entrepreneurial. Reportage de Brian O’Hagan, depuis Medellin.

img_6295

Get in The Ring est une compétition mondiale pour startups créée il y a 4 ans en Europe. Dans un véritable ring de boxe, les CEO de chaque startup s’affrontent à coup de joutes verbales lors de 5 rounds thématique : équipe, réussites, business model/marché, proposition de valeur/finance et visions à long terme. Cette année, Get in The Ring a attiré plus de 5.000 startups venant au total de 80 pays. Cela a nécessité l’organisation de 130 rounds préliminaires pour déterminer les champions régionaux pouvant accéder à la finale à Medellin. Les finales régionales se sont tenues à Londres, Riyad, Athènes, Santa Cruz, Séoul, Sofia, Johannesburg, Casablanca et Mexico – autrement dit sur les 5 continents. Les 20 startups finalistes ont ensuite embarqués à Medellin pour tenter leur chances et remporter la finale internationale.

Du networking, des mentors de qualités et des juges exigeant

« La vraie valeur de cette compétition est de pouvoir créer de nouvelles connections » précise Jochem Cuppen (Président de Get in The Ring), lors de l’annonce des 6 finalistes qui se battront pour la victoire finale. En effet, le choix d’organiser la finale à Medellin lors du Global Entrepreneurship Congress a permis à l’événement d’avoir une forte caisse de résonance avec beaucoup de potentiels clients, investisseurs et accompagnateurs. Les startups ont pu profiter du mentorat d’entrepreneurs chevronnés tels que Jeff Hoffman co-fondateur de Priceline ou Andres Barreto co-fondateur de Grooveshark. Sur le ring de Medellin, la tension pour la victoire finale était palpable. Le jury composé de 5 experts (ex-entrepreneurs et investisseurs) a d’entrée annoncé la couleur avec des questions pointilleuses sur la taille du marché, le taux de croissance, le burn rate. Ils avaient à cœur de dénicher la prochaine pépite à l’instar de l’experte Ingrid Vanderveld, demandant combien d’equity elle posséderait chez DOT en investissant les 3 millions de dollars que la startup souhaite lever. Verne Harnish, mieux connu sous le nom de « The Growth Guy », explique: « Je recherche une startup possédant les 3 Ass: “A smart-ass team solving a big ass problem with a kick ass solution”!

img_6283

19h12: La Grande finale peut commencer

Les deux prétendant de la catégorie poids plume Eyal Cohen (Israël) de la plateforme de traduction SpeakEZ et Yassin Faddani (Maroc) de l’application mobile LIK arrivent sous un tonnerre d’applaudissement digne d’un match de foot. Les adversaires, à la différence d’un affrontement de boxe portent un costume et non des gants. Les projecteurs se focalisent sur les adversaires et la bataille peut enfin commencer avec Keith Wallace comme maitre de cérémonie. Le premier combat est serré comme le montre l’intention de vote du public mais Keith finit par soulever la main de Yassin Faddani faisant de LIK le premier titré du soir. LIK (“pour toi” en Arabe) est une application permettant de recharger son crédit téléphonique en visionnant de la publicité.

img_6183

21h03: Le pays hôte vainqueur de la catégorie poids moyen

Claudia Cecilia Restrepo Serna (Colombie) de la startup Biodencell entre dans le ring. La représentante colombienne affrontera Udi Leshem  (Israël) fondateur d’Aquanos, une solution innovante d’épuration des eaux usées. Biodencell a clairement les faveurs du public mais Udi Leshem reste imperturbable. La dernière question des juges est directe: « pourquoi devriez-vous gagner ? » Claudia répond très simplement “parce que mes cellules souche sauvent des vies”. La délibération fut intense pour ces deux startups ambitionnant de disrupter de très grosses industries. Finalement Biodencell qui exploite une banque de cellules souches dentaires afin de traiter les maladies immunologiques et la réparation des tissus endommagés sera déclarée championne sous l’ovation du public chantant “Cooooloooombia Cooooloooombia“.

img_6312

21.35h   Temps de dévoiler le grand vainqueur de la soirée

La finale des poids lourds est le moment que tout le monde attendait avec les startups DOT et OnOff qui ont une valorisation supérieure à 10 millions d’US$. OnOff (France), représenté par l’ex-champion du monde de roller Taïg Khris, est une application permettant d’ajouter plusieurs numéros de téléphone sur son smartphone, en les stockant dans le cloud. Autrement dit, OnOff a l’intention de devenir le premier « Telco » global . En face, DOT (Corée du Sud) a créée la première montre connectée pour personne malvoyante. Cette montre va faire entrer le braille dans l’ère digitale et permettre aux malvoyants de lire et envoyer directement leurs messages sans passer par Siri ou Alexa. Les deux pitchs étaient de très bonnes qualité avec des entrepreneurs ayant des réponses à toutes les questions. Juste avant la délibération des juges, Taïg Khris commence à paniquer. Le maître de cérémonie le questionne sur son attitude mais ce n’était qu’une fausse alerte: Taïg pensait s’être fait voler son sac. Finalement l’attention sur Taïg aura été de courte durée, DOT étant annoncé comme le grand vainqueur de cette première édition mondiale de Get in The Ring.

dot image

“Notre hardware cible les 285 millions de malvoyant dans le monde. Get in The Ring est une compétition qui va faire connaître notre solution à ces personnes” déclara Kim Yoon Ju, fondateur de DOT.

About Brian O'Hagan

Franco-Irlandais et jeune diplômé en Master d’Economie à Sciences Po Paris, Brian est passionné par le développement des pays émergents, l’entrepreneuriat et l’Amérique du Sud. Ses expériences professionnelles l’ont amené à travailler dans la finance, le tourisme et le digital. Parlant Anglais, Français, Allemand et Espagnol ; Brian est partit à la découverte de l'écosystème entrepreneurial Sud – Américain suite à ses études. Fasciné par ce continent dans lequel il a travaillé, il y rencontre les entrepreneurs qui créent et modernise cet écosystème en pleine mutation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *