Wechat China BRICS Ecosystem Entrepreneurs Innovation Mobile Social Networks

Chine : « Pourquoi les possibilités offertes par Wechat sont de loin supérieures à celles proposées par Twitter ou Facebook »

Startup BRICS a récemment rencontré un entrepreneur français à Pékin qui a lancé deux projets assez novateurs en Chine. Thomas Graziani a en effet créé deux startups aux profils très différents. Kind of Light, une galerie photo qui vise à simplifier l’accès aux œuvres d’art, en augmentant les volumes d’impression ; « tout en respectant le principe d’œuvre d’art », tient à nous préciser Thomas. « On passe le même temps à dénicher des artistes exceptionnels. Mais au lieu d’imprimer entre 10 et 20 photos, on imprime entre 100 et 200 photos, ce qui nous permet d’avoir des prix un peu plus accessibles, tout en gardant le principe d’œuvre d’art et d’édition limitée. » Il tiendra sa première vente le jeudi 5 juin à Pékin.

L’autre projet de Thomas, WalktheChat, est une agence de marketing digital, qui aide les entreprises étrangères à gagner en présence sur le net chinois. Surtout, WalktheChat intervient sur les stratégies d’implantation de ces entreprises sur le plus grand réseau social chinois, Wechat.

L’occasion de revenir avec lui sur le phénomène Wechat en Chine, et surtout les opportunités que ce réseau apporte aux entreprises voulant percer le marché chinois.

Le potentiel de Wechat est encore très peu exploité par les marques

Premier postulat pour une entreprise voulant percer le marché chinois, « les réseaux sociaux chinois sont très différents des occidentaux, et nécessitent une stratégie spécifique. » Or adapter sa stratégie peut se révéler compliqué et peu d’entreprises prennent vraiment le temps de se pencher sur cette question, pourtant fondamentale dans l’approche de ce marché. C’est pourquoi les exemples d’échecs sont nombreux.

« Beaucoup d’entreprises ont aujourd’hui la même approche qu’elles ont avec Twitter c’est-à-dire, de prendre quelqu’un dans l’équipe, un stagiaire, qui va juste poster du contenu régulier sur la plateforme. » nous explique Thomas.

C’est pourquoi il a créé WalktheChat

Le but ? Aider les entreprises, principalement étrangères, à gagner en présence sur le principal réseau chinois, Wechat.

Quand on lui demande pourquoi spécifiquement Wechat -les réseaux sociaux à succès ne manquent pas en Chine (Wechat donc, mais également Sina Weibo ou RenRen par exemple), sa réponse est simple. « Wechat est le réseau avec la plus grande croissance en Chine. En terme d’utilisateurs, ils ont revendiqué 350 millions d’utilisateurs récemment. Surtout, il faut garder à l’esprit qu’en terme de durée d’utilisation, les gens passent de plus en plus de temps sur le réseau. » En effet, plus qu’un réseau social, Wechat est devenu un véritable phénomène de société en Chine et a réussi à s’implanter dans le quotidien des consommateurs chinois ; bien plus que Facebook en Europe par exemple.

« Cela se voit dans la vie de tous les jours. L’application mobile Wechat occupe une place de plus en plus importante dans l’organisation de la vie économique et sociale des gens :  les transactions se font par Wechat ; les gens commandent leurs taxis par Wechat ; les gens font tout par Wechat aujourd’hui » explique Thomas Graziani.

Ce qui fait de cette plateforme un outil formidable pour les marques, notamment étrangères, souhaitant impacter les nouvelles classes moyennes chinoises. Mais le tout n’est pas d’être présent, mais de savoir optimiser cette présence.

« La conscience du besoin d’être présent sur Wechat existe déjà chez les entreprises étrangères. Mais comment l’utiliser, voilà une question qui est plus difficile ». En effet, le piège est de voir en Wechat une simple vitrine, à la manière des réseaux occidentaux, sur laquelle vous pouvez mettre en avant votre marque auprès des consommateurs chinois. Le fondateur de WalktheChat rappelle l’inefficacité de cette stratégie : « Wechat a une différence fondamentale par rapport aux autres réseaux sociaux, c’est son business model. Wechat ne vend pas de pub. Par rapport à Facebook ou Twitter, le but de Wechat n’est pas de pousser du contenu vers les utilisateurs, c’est de vendre un service, de vendre du e-commerce… toute sorte de choses qui sont facturées pour devenir un portefeuille électronique ».

Wechat, une plateforme de services ultra-fonctionnelle

Pour faire simple, Wechat met à disposition des entreprises une véritable plateforme sur laquelle une multitude de services sont proposables. « C’est là qu’il y a un besoin de conseil. Les possibilités qu’offrent Wechat sont bien supérieures à celles qu’offre Twitter ou Facebook », poursuit Thomas Graziani. « Il y a un nombre de fonctionnalités qui est colossale mais qui ont besoin d’être adaptées à chaque entreprise. »

Les entreprises européennes, plus habituées aux problématiques d’e-reputation, de branding, voire d’animation de communautés sur les réseaux sociaux ont donc un réel effort d’adaptation à fournir. En sont-elles capables ? Il y a quelques exemples de réussites, sur lesquelles l’agence WalktheChat s’appuie pour montrer les possibilités de Wechat sur le marché chinois. « DHL par exemple a un compte service Wechat qui permet aux utilisateurs de suivre le colis » cite spontanément Thomas. « Voici un exemple typique d’une bonne utilisation de Wechat. »

Ainsi, Wechat représente une clé d’entrée formidable pour les marques étrangères en Chine. Adapter sa stratégie efficacement à cet outil permettra aux marques de se positionner en réel spécialiste du marché chinois, ce qui est toujours profitable en termes d’image. «C’est surtout une plateforme qui est encore loin d’être utilisée au maximum de son potentiel» conclu le fondateur de WalktheChat. «Se convertir dès aujourd’hui à WeChat peut permettre de se positionner en Early Aopter et de prendre un réel avantage concurrentiel. »

About Thibaud André

Jeune diplômé d’un master en recherche marketing, Thibauld André est aujourd'hui expert business Chine, au sein du Cabinet Daxue Consulting (http://daxueconsulting.com/consulting-china/) , et contributeur à StartupBRICS. Après plusieurs séjours en Chine, pays dont il apprécie les traditions et le mode de vie, il a décidé de s’y installer pour son premier emploi. L’occasion de s’intéresser de plus près au développement économique de ce pays et à l’évolution des modes de consommation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *