mysimax_BRICS Startups Countries innovation asia africa

BRICS : MySimax, une startup franco-chinoise qui cible l’Afrique

Thibaud Andre2Article proposé et rédigé par Thibauld André, expert business vivant en Chine. Jeune diplômé d’un master en recherche marketing, Thibauld André profite de sa jeunesse pour voyager. Après plusieurs séjours en Chine, pays dont il apprécie les traditions et le mode de vie, il a décidé de s’y installer pour son premier emploi. L’occasion de s’intéresser de plus près au développement économique de ce pays et à l’évolution des modes de consommation.

Xi Jinping, le président chinois, vient de visiter la France pour relancer les relations économiques et rencontrer quelques entreprises françaises pouvant jouer un rôle en Chine. Pourtant, de nombreuses start-ups françaises implantées en Chine comme dans les autres pays émergents démontrent déjà jour après jour la qualité de l’entrepreneuriat français. Notamment sur le segment du numérique, les entreprises françaises sont prisées et appréciées pour leurs compétences. MySimax est une bonne illustration de ces start-ups françaises qui s’implantent avec succès dans les pays émergents.

My Simax : une vision pour l’Afrique

MySimax a été créée par deux français, JX Paulin et Michael Jacob. Le premier, JX Paulin, est un investisseur qui s’est déjà fait un nom en Chine avec son entreprise DBX international, à tel point qu’il a récemment été reçu à l’Elysée par le président français avec d’autres leaders du marché chinois comme le créateur d’Alibaba (Jack Ma) et Serge Dassault. Michael Jacob, son associé, est également présent en Chine depuis près de 10 ans durant lesquels il a acquis une riche expérience de la technologie tactile.

Elysee_Header

Les deux hommes ont partagé leurs compétences pour monter une entreprise qui se veut créateur d’emploi et de richesse, tournée vers l’Afrique. En effet, l’ambition première de My Simax est le développement des pays africains et leur accès à la technologie au travers des tablettes tactiles. Plus généralement MySimax doit être un fournisseur de solutions et de savoir et un outil pour permettre la communication entre les gens. JX Paulin nous explique cette motivation : « Je suis franco-togolais et je veux contribuer au développement de l’Afrique en fournissant de la haute-technologie pour les écoles, les administrations, les gouvernements, les hôpitaux… ».

My Simax, une startup qui veut accompagner le rêve numérique Africain

Pour les créateurs de My Simax, l’Afrique représente une réelle opportunité de développement pour le marché des tablettes tactiles et plus généralement du high-tech. « Les pays émergents sont les marchés de demain. Ce sont des pays qui aspirent à vivre les mêmes expériences de consommation que les pays occidentaux et il serait absurde de ne pas leur proposer une offre adaptée », nous explique JX Paulin. L’entreprise MySimax a donc pour objectif d’offrir cette expérience de consommation, mais également de cibler les pays souhaitant s’offrir se développer au travers de la technologie et « se placer à la pointe du développement continental ».

Tablette MiX

C’est pourquoi, avant de s’adresser aux consommateurs particuliers, la marque travaille principalement avec des gouvernements, des institutions et des organisations pour intégrer ses tablettes au cœur du développement de ces marchés émergents. « Il ne s’agit pas de simplement de s’implanter sur le marché en investissant sur votre distribution et votre communication », rajoute JX Paulin. « Il s’agit de se poser en pourvoyeur de solutions et de donner une voie d’accès vers la technologie. Et cela passe également par des partenariats avec des investisseurs locaux ou des collectivités, car on ne peut s’adresser seulement aux particuliers. »

Ainsi, les tablettes MySimax ont été spécifiquement désignées pour être utilisées dans les écoles et les établissements scolaires. Elles peuvent englober tous les documents éducatifs, son contenu est personnalisable pour chaque élève, elle améliore l’analyse du travail, et enfin elle est une aide à la concentration et l’intérêt de l’élève.  « En milieu scolaire, les tablettes intéressent particulièrement les institutions que l’on peut rencontrer car elles sont vues comme de parfaites alternatives au livres et aux cahiers. Mais en fait, elles peuvent remplacer le cartable tout entier » s’en amuse JX Paulin.

Dans un deuxième temps, les créateurs de My Simax espèrent une plus large diffusion de leurs tablettes en y ajoutant d’autres applications concernant la pharmacologie, les administrations, la médecine et un ensemble d’autres secteurs répondant à des besoins publiques et devant à termes permettre la connexion de l’ensemble du pays concerné et donc offrir à My Simax un avantage essentiel sur ces concurrents.

Pour terminer, ne dites surtout pas à JX Paulin que l’Afrique n’est peut-être pas prête pour développer ce type de marché, qu’il est encore trop tôt. Pour lui « c’est exactement ce que l’on me disait quand je suis allé en Chine il y a plus de 20 ans. Aujourd’hui, j’imagine que je n’étais pas si fou ».

Source :

Site officiel My Simax : http://mysimax.mobi/

Interview de JX Paulin sur TV Gabon : https://www.youtube.com/watch?v=prFnTjlvQjk

http://fr.locita.com/business-digital/le-marche-des-tablettes-doit-sadapter-aux-pays-emergents-125166/#sthash.zaJXY7zt.dpbs

http://www.enviedentreprendre.com/2014/03/la-chine-tremplin-id%C3%A9al-pour-les-start-ups-fran%C3%A7aises-lexemple-de-la-marque-mysimax.html 

About StartupBRICS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *