easytaxi-concept

[Startup] La success story brésilienne EasyTaxi veut conquérir l’Afrique

La startup brésilienne EasyTaxi veut se donner les moyens de son ambition à l’internationale en levant près de 10 millions d’USD auprès du fonds African Internet Holding, ainsi que du célèbre incubateur allemand Rocket Internet. Il convient de souligner que Rocket Internet a déjà financé et accompagné EasyTaxi par le passé, et qu’il est en grande partie derrière la montée en puissance de la désormais célèbre application de réservation de taxis par téléphone (mise en relation Taxi-Passager et réservation en temps réel via smartphone), application mobile qui a déjà séduit 1,5 millions d’utilisateurs, principalement en Amérique Latine, et est utilisé par 45,000 chauffeurs de taxi.  Cette nouvelle levée de fonds intervient par ailleurs près d’un mois après une précédente levée de capitaux réalisée auprès du fonds régional Latin America Internet Holding, pour près de 15 millions d’USD.

Après l’Amérique Latine, EasyTaxi regarde maintenant vers l’Afrique et l’Asie

Selon Ventures Africa, qui cite Sacha Poignonnec, le co-CEO du fonds panafricain African Internet Holding, le potentiel énorme du marché africain peut représenter un effet de levier très important pour une startup comme EasyTaxi. Ce n’est donc pas un hasard si la première ville africaine visée par l’application de mise en relation entre les voyageurs et les conducteurs de taxi sera Lagos, la capitale économique du Nigéria, avec ses 20 millions d’habitants, un taux de pénétration mobile très important et un réseau de taxis très dense. De nombreuses autres capitales africaines viendront intégrer la shortlist de la stratégie d’expansion d’EasyTaxi d’ici 2014.

Au-delà de l’Afrique, EasyTaxi et ses nouveaux investisseurs chercheront rapidement à prendre pied dans les pays arabes (Maghreb, Proche et Moyen Orient) ainsi que sur les marchés asiatiques, où la concurrence est plus rude que partout ailleurs dans les pays émergents, avec la présence de plusieurs applications de réservation de taxis très populaires. C’est en tout cas ce que souligne TheNextWeb, qui cite l’exemple de l’américain Uber, service de mise en relation haut de gamme entre passagers et conducteurs, et qui a déjà levé 55 millions d’USD pour accélérer son développement dans la région (Uber est déjà fortement implanté à Séoul, Taipei et Singapour).

En Asie, la startup EasyTaxi est quand à elle déjà présente en Malaisie, en Corée du Sud et plus récemment au Pakistan avec le soutien actif de Rocket Internet.

L'application EasyTaxi équipe déjà 45.000 taxis dans le monde
L’application EasyTaxi équipe déjà 45.000 taxis dans le monde

About Samir Abdelkrim

Entrepreneur, consultant en innovation et blogueur terrain, Samir Abdelkrim est également le fondateur de StartupBRICS.com, le premier média francophone spécialisé sur l’innovation dans les pays émergents. Samir Abdelkrim passe 8 mois par an à explorer les écosystèmes entrepreneuriaux en Afrique (dont il a déjà parcouru presque 20 pays), pour rencontrer les meilleures startups du continent. Il connecte les entrepreneurs les plus prometteurs avec des investisseurs et des grands groupes, ou bien leur faire gagner de la visibilité dans les grands titres nationaux comme le Huffington Post, Les Echos ou Le Monde où il est chroniqueur Tech spécialisé sur les startups africaines. Du Sénégal au Botswana en passant par la Tunisie, la Côte d’Ivoire, Madagascar ou le Kenya, Samir Abdelkrim a déjà rencontré une centaine de startups dans le cadre de son projet #TECHAfrique, une expérience terrain et une aventure humaine à la rencontre de ceux qui font battre le pouls de l’Afrique 2.0, expérience dont il tirera un livre en préparation, Startup Lions. Samir est régulièrement invité comme Speaker dans des conférences sur l'innovation qui se tiennent en Europe, aux Etats Unis, en Afrique ou au Moyen Orient comme le festival international South By SouthWest, à Austin, Aspen Institute, le Global Entrepreneurship Summit, le New York Forum Africa, Banque du Liban Accelerate à Beyrouth et plus récemment au siège des Nations Unies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *