Sentri-Asia-Startups-BRICS-Taiwan-KickStarter-Smart-Home-Device

Asie : Sentri triomphe sur KickStarter, entre promesses et incertitudes du marché de la « maison intelligente »

Si le récent marché des smart hubs domestiques – appareils dédiés au contrôle unifié des gadgets connectés d’un intérieur- est rapidement devenu saturé, cela n’a pas refroidit pour autant Kronosight. Cette startup taiwanaise composée d’anciens d’Asus, de HTC et d’Acer a finalisé cette été sa campagne de financement participatif (via Kickstarter.com) pour son hub de gardiennage virtuel baptisée Sentri.

Sentri-Asia-Startups-BRICS-Taiwan-KickStarter-Smart-Home-Device-innovation

En 2013, des dizaines de surfaces fonctionnant avec des LED ont vu le jour ; mais leur design coloré ou tout droit tombé d’un film de Steven Spielberg en a laissé plus d’un perplexe. Sentri souhaite dans ce contexte, se placer comme le principal concurrent de Piper, Birdi ou Canary – des dispositifs de sécurité domestique –  en y ajoutant, en plus d’une esthétique personnalisable, un écran LCD de contrôle (là d’autres dispositifs sont uniquement contrôlés par des applications mobile connexes). Le prototype Sentri proposé par Kronosight permet via cet écran tactile, d’accéder à des informations comme la température, l’humidité, la qualité de l’air, etc. Il y incorpore également une caméra HD avec des capacités de vision nocturne, un détecteur de mouvement, un micro, des haut-parleurs, des capteurs de qualité d’air et d’humidité ainsi qu’un accéléromètre.

Sentri-StartupBRICS-Taiwan-KickStarter-Security-systems-innovation

La possibilité d’accroître ces fonctionnalités à travers le temps est importante, – présence de l’algorithme d’apprentissage qui permet une automatisation poussée des gadgets connectés en étudiant les habitudes domestiques, communication avec sa famille via le microphone,  etc. – en effet l’ouverture de l’appareil au Wifi et au Bluetooth permet de reconnaître n’importe quel appareil. Kronosight s’est associé dans cette optique avec Nest, Belkin WeMo, Philips Hue et Lockitron pour y inclure lumières, verrous, prises de courant et autres thermostats intelligents dans son Hub Sentri.

Sentri peut compter sur des investisseurs confiants

La startup basée à Taipei a brillament finalisé sa campagne de financement avec 391 166$ de fonds récoltés sur KickStarter. L’objectif de financement de 200 000$ fixé le 16 juin dernier a été rapidement dépassé après moins de deux jours sur la plateforme de financement participatif. Proposé initialement entre 250 $ et 500 $ (pour le modèle armaturé en bois), Sentri ne peut désormais s’acquérir en dessous de 350 $. La « dalle connectée » de Kronosight ne sera cependant pas disponible pour ses financeurs avant avril 2015. Bénéficiant d’un large réseau, la startup affirme avoir contacté les équipementiers pour la production des premiers appareils.

Startup-Sentri-StartupBRICS-Innovation-Taiwan-Crowdfunding-KickStarter

Les incertitudes concernant l’évolution du marché  de la « maison intelligente » d’ici un an ainsi que le faible taux d’équipement de gadgets connectés ne semblent pas avoir terni l’optimisme des investisseurs sur ce marché pour autant ; comme l’illustre la vente de Nest à Google pour 3,2 milliards $.

D’une hauteur et d’une largeur de 9,4 pouces et d’une profondeur de 1,5 pouces, Sentri, est conçu – à l’image de Piper ou Canary – pour être un DIT (Do-It-Yourself) dont l’installation se veut simple. Il s’accompagne d’une application gratuite (disponible sur iOs et Android) permettant la configuration et la réception des alertes lorsqu’un évènement jugé inhabituel se produit (variation de température, déclenchement de mouvement, etc.). Pas sûr que les fans de George Orwell se laissent séduire par le produit si facilement.

startupBRICS-Sentri-device-security-systems-TECH-Asia-Innovation-Taiwan-KickStarter

About Olivier Garin

Curieux et ouvert sur l’international, Olivier est issu d’une formation de journaliste. Il voue ainsi une grande passion à l’information au sens élargi du terme et s’intéresse de près aux pays émergents. Sa récente expérience au sein de Digital Business News, la Web TV des entrepreneurs de la French Tech, a réveillé son attrait pour les secteurs de la high-tech, de l’économie et de l’entrepreneuriat digital à travers le monde. Il a rejoint StartupBRICS où il est aujourd’hui Rédacteur Pays Emergents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *